On estime que jusqu’ à 3 % des femmes de plus de 16 ans souffrent de boulimie nerveuse. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas un trouble exclusivement féminin. Les hommes peuvent aussi avoir à y faire face. On estime que ce trouble de l’alimentation peut intervenir dès l’âge de neuf ans pour les deux sexes. Croyez-vous que votre enfant souffre de boulimie ? Définissons ce qu’est la boulimie nerveuse et pourquoi elle peut être difficile à détecter, même chez un membre de la famille.

Qu’est-ce que la boulimie?

Souvent, nous associons la boulimie à la purge (des vomissements auto-induits pour débarrasser l’estomac de la nourriture). Bien qu’il s’agisse d’un trait caractéristique de la boulimie, il est important que les parents comprennent qu’il y a d’autres signes importants :

  • La purge : votre enfant disparaît une heure après avoir mangé ? Est-ce qu’il va dans une salle de bain éloignée ou quitte la maison ?
  • La frénésie alimentaire, définie comme le fait de manger beaucoup en un seul repas ;
  • Manque de contrôle lors d’une frénésie alimentaire ;
  • La culpabilité et la honte pendant et après un épisode de frénésie alimentaire ;
  • Prendre des laxatifs ou des diurétiques ou encore faire des lavements pour faire passer les aliments plus rapidement ;
  • Une image de soi basée sur le poids ;
  • Problèmes dentaires importants dus aux dommages causés par la purge. L’acidité causée par les vomissements peut, avec le temps, détruire l’émail protecteur sur les dents de votre enfant ;
  • Abrasions œsophagiennes, inflammation et, dans les cas extrêmes, hémorragie due à des vomissements répétés. Un œsophage sensible peut être un indicateur de boulimie.

La boulimie est-elle difficile à détecter chez mon enfant ?

Même avec ces caractéristiques apparentes, la boulimie peut être difficile à détecter. Les personnes atteintes de boulimie peuvent présenter une insuffisance pondérale, un poids normal ou un excès de poids. Votre enfant peut avoir l’air « normal », mais son corps peut être ravagé à l’intérieur par un manque de nutriments appropriés, un traumatisme œsophagien, des mauvais traitements dentaires et des problèmes psychologiques. Deuxièmement, il n’est pas rare qu’un enfant nie avoir un trouble de l’alimentation. Il peut même justifier ses vomissements par un mal de vente.

Les dommages physiques causés par la boulimie sont graves. Si elle n’est pas contrôlée, elle peut causer des dommages permanents à l’œsophage, aux dents et à l’estomac. En cas de vomissements ou d’hémorragies répétés et violents dans le tractus œsophagien, les conséquences peuvent être extrêmement dangereuses. Au fil du temps, le corps est privé de nutriments adéquats qui affectent l’énergie, la concentration et le développement cellulaire.

Les effets psychologiques de la boulimie peuvent être tout aussi graves. La peur, le déni et la frustration face à l’incapacité de contrôler son comportement peuvent causer de graves troubles de l’humeur. La dépression, l’anxiété et les traumatismes sont fréquents.

Comment puis-je aider mon enfant?

Voici quelques outils pour vous aider en tant que parent :

  • Ecoutez votre enfant et prêtez attention aux mots qu’il utilise. Il peut exprimer la honte, la dépression ou la peur avec un ton ou un comportement subtils ;
  • Observez. Son regard peut vaciller lorsqu’il parle de la nourriture. Il peut avoir l’air vaincu et désespéré à table ;
  • Parlez. Si vous croyez qu’il y a un problème, parlez-en à votre enfant. De façon calme et compatissante, dites-lui ce que vous avez vu ou entendu. Soyez précis. « Je m’inquiète pour toi parce que je t’ai entendu vomir dans les toilettes après le dîner. » « Je m’inquiète pour toi parce que tu n’as pas mangé depuis plusieurs jours. » ;
  • Surveillez internet. De nombreux parents ne comprennent pas comment leurs enfants peuvent consulter les sites web sur les troubles de l’alimentation. Les sites prônant l’ « espacement des cuisses », l’automutilation et les purges ont un trafic important surtout auprès des adolescents. YouTube, le moteur de recherche vidéo le plus utilisé chez les ados, propose des vidéos sur les troubles de l’alimentation. Recherchez les sites qui utilisent des termes comme « pro-ana » pour l’anorexie et « pro-mia » pour la boulimie. (http://www.med.umich.edu/yourchild/topics/eatdis.htm)

Mon enfant a-t-il besoin d’un traitement clinique pour surmonter la boulimie ?

En tant que parent, ne vous attendez pas à ce que votre enfant « grandisse » sainement, car la boulimie est une toile d’araignée physique et mentale qui peut s’agripper étroitement à sa personnalité. Si vous soupçonnez ou savez que votre enfant est boulimique, sachez qu’il existe un traitement thérapeutique qui donne de bons résultats. Grâce à des soins de qualité, la plupart des boulimiques peuvent maîtriser leur trouble et mener une vie saine et heureuse. Sans traitement, ils risquent une vie continuellement marquée par le conflit, des épisodes de frénésie alimentaire, un isolement et de graves conséquences sanitaires. Conclusion : prenez les choses en main. Plus le trouble est pris en charge par un professionnel de la santé à ses débuts, meilleure sera la guérison.